Cette infolettre fait partie d’une série de réflexions et d’articles sur l’innovation : #LotbinièreInnovante2020. Le tout sera couronné le 24 janvier prochain par la 8e édition de notre annuel Brunch du Nouvel An qui sera sous le thème « Comment créer un environnement de travail propice à l’innovation ».


Le terme «innovation» peut être intimidant. Pour bon nombre de gens, les entreprises «innovantes» sont les Apple et Tesla de ce monde. Seraient «innovantes» les entreprises qui épousent la révolution numérique, mettent au point de nouvelles technologies et engagent à fort coût la crème de la crème des diplômés de prestigieuses universités qu’elles confineront dans d’intrigants et ultra-secret laboratoires.

Au-delà de la caricature, il y a en fait plusieurs définitions de l’innovation qui changent en fonction de l’émetteur ou des disciplines. Néanmoins, le Manuel d’Oslo 2018 de l’OCDE propose une définition particulièrement pertinente pour les entreprises et organismes d’un territoire comme Lotbinière:

Une innovation désigne un produit ou un processus (ou une combinaison des deux) nouveau ou amélioré qui diffère sensiblement des produits ou processus précédents d’une unité (OCDE, 2019 : 33).

En d’autres mots, nous sommes tous innovants, et ce, beaucoup plus souvent qu’on ne le croit!

Pour l’illustrer, prenons l’exemple fictif de Frédéric, repreneur de la ferme familiale. Emballé par quelques lectures sur les solutions de remplacement aux pesticides, il songe à recourir à des fourmis prédatrices, technique ancestrale chinoise de lutte contre les ravageurs. Néanmoins, bien qu’« ancestral», ce procédé est nouveau non seulement pour lui, mais aussi possiblement pour sa famille, ses voisins, son  banquier, etc. Bref, il est en plein processus d’innovation.

Ça peut sembler un détail de prime abord insignifiant, mais réaliser qu’on est en train d’innover permet d’analyser la situation avec un regard différent et beaucoup plus approprié à la situation. En effet, bien que chaque innovation soit propre à l’organisation innovante, les divers enjeux qui pourraient être rencontrés durant la conception et l’implantation d’une innovation soient souvent communs et bien étudiés, autant dans l’information pour le grand public que scientifique. Ainsi, une impressionnante banque de savoirs, d’études de cas et d’outils d’analyse peut être mobilisée pour guider le processus d’innovation.

Revenons à Frédéric. Réalisant que son procédé ancestral est en fait innovant à plusieurs égards pour son milieu, il saura qu’inquiétudes et questionnements se manifesteront et il pourra les aborder de façon proactive. Sachant qu’en cas d’échec ou d’imprévu, de faibles récoltes pourraient rapidement mettre l’entreprise familiale en péril, il cherchera à documenter les meilleures pratiques recensées jusqu’ici concernant les fourmis prédatrices dans un climat comme au Québec. Plutôt que de précipiter la transformation biologique dont il rêve depuis tant d’années, il fera d’abord faire quelques expérimentations d’abord à petite échelle et surveiller le tout attentivement avec l’agronome de sa fédération agricole. Cela lui permettra entre autres de rassurer sa famille, mais aussi son banquier afin de sécuriser les quelques dizaines de milliers de dollars qu’il estime nécessaires pour implanter cette technique à l’ensemble de l’entreprise et se maintenir à flot durant la transition.

Pas mal innovante finalement cette pratique ancestrale, non?

Bien sûr, ce qui est considéré comme «innovant» diffère selon les organisations. Certains organismes subventionnaires pourraient exiger que le produit/procédé soit nouveau/amélioré par rapport à toutes les entreprises d’un secteur à l’échelle nationale, voire internationale. D’autres pourraient exiger l’implication de centres de recherche reconnus, l’atteinte de certains objectifs plus larges pour la société ou encore le recours à des techniques ou matériaux considérés stratégiques. Certains fonds d’investissement pourraient exiger une innovation brevetable ou un retour sur investissement rapide et élevé.

Néanmoins, le message à retenir, c’est qu’aux yeux d’une organisation ou son milieu, il n’y a pas de petites innovations. Autant l’ajout d’un coûteux robot à la chaîne de production peut se faire en quelques jours sans anicroche, autant le simple changement des téléphones Android des vendeurs de l’entreprise vers un iPhone dernier cri peut créer un périlleux et trop long chaos dans la gestion des commandes.

Comment informer et planifier l’innovation pour en assurer l’impact positif ? Mais aussi, comment diriger son organisation pour favoriser l’émergence d’idées à la fois innovantes, rentables et durables? C’est ce que nous verrons dans les prochaines semaines. D’ici là, profitez du temps des fêtes et du passage à la nouvelle année pour réfléchir aux questions suivantes :

  • Quels sont les objectifs de votre entreprise ou organisation pour la(les) prochaine(s) année(s) ?
  • Parmi les moyens considérés pour atteindre ces objectifs, certains sont-ils innovants?
  • Si non, serait-il opportun pour les atteindre d’améliorer vos produits/services ou d’en créer de nouveaux?
  • Finalement, serait-il pertinent de revoir certains procédés de votre organisation pour les atteindre ?

En souhaitant un joyeux temps des fêtes à vous et votre équipe et une excellente réflexion,

L’équipe de la SADC de Lotbinière

Sources des photos: “Drone vs Cow“, par Mauricio Lima, sous licence CC BY 2.0 / Forme et couleurs modifiées; “Mast“, par Pug50, sous licence CC BY 2.0 / Forme et couleurs modifiées; “Lasersnijden laserkop“, par Jasper84 / Metaveld BV, sous licence CC BY 3.0 / Forme et couleurs modifiées; “Lighted Match“, par George Hodan, sous licence CC0 1.0 / Forme et couleurs modifiées

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *