CULTIVER À ÉCHELLE HUMAINE, DANS LE PLUS GRAND RESPECT DE L’ENVIRONNEMENT

L’autonomie alimentaire, l’agriculture locale, l’économie circulaire sont des principes bien ancrés, un véritable modus operandi, pour l’agronome Meggie Canuel Caron. C’est sur ces bases résolument à échelle humaine qu’elle a fondé avec son père il y a à peine un an Le Jardin Souverain, sur une petite terre de 0,5 hectare à Issoudun.

Les champignons, alliés d’une culture responsable
La première étape du développement de cette jeune entreprise est la culture de champignons sans utilisation de pesticides ou de produits de synthèse. Les champignons du Jardin Souverain poussent dans un substrat composé majoritairement de résidus secondaires de bois générés localement, ce qui leur donne un goût de grande qualité rappelant celui des champignons poussant en milieu forestier.

Le Jardin Souverain est aussi l’une des rares champignonnières à se servir de contenants réutilisables pour faire pousser ses champignons, réduisant ainsi la production de déchets générés par ses activités. De plus, les résidus de production sont utilisés comme compost pour les autres cultures faites sur la ferme. Emballages rudimentaires et biodégradables et réseau de distribution local complètent la mise en marché nettement tournée vers l’autonomie alimentaire et le respect de l’environnement.

Une empreinte écologique faible
Cultiver un kilo de champignons nécessite 25 fois moins d’eau que la culture de la même quantité de légumes. Et puisque les champignons n’ont pas de grands besoins en lumière, leur culture nécessite peu d’énergie en plus de pouvoir être faite en bâtiments bien isolés comportant une meilleure efficacité énergétique que d’autres bâtiments de culture. De plus, peu de terre est nécessaire grâce à la culture verticale. C’est ce qui permettra d’ailleurs au Jardin Souverain de poursuivre ses activités en hiver.

Un aliment exceptionnel
Les champignons renferment des quantités appréciables de vitamines et minéraux. Ils peuvent également contenir jusqu’à cinq fois plus de protéines que la plupart des légumes. Et leurs taux en glutamate naturel en font un rehausseur de saveur. C’est le fameux umami, cette fameuse cinquième saveur. «Les champignons sont de fabuleux recycleurs qui nous permettent de transformer les déchets de certains en un fabuleux trésor culinaire », souligne madame Canuel Caron.  Saveurs que son père, chef du Jardin Souverain, se chargera de faire découvrir, ainsi que d’autres produits du terroir de Lotbinière, en cuisinant des recettes santé.

Les projets ne manquent pas pour Le Jardin Souverain. Notamment celui des semences potagères afin de faire revivre les savoirs et saveurs d’antan où la biodiversité primait sur la production de légumes et fruits à l’aspect visuel parfait.

Les champignons du Jardin Souverain sont disponibles sur la plateforme Du Terroir à l’Armoire, au Potager des trois oies à Issoudun de même qu’à leur kiosque au Marché public de Lotbinière les samedis, ainsi que directement au Jardin Souverain, en prenant rendez-vous.

La SADC est fière d’encourager l’adoption de pratiques responsables !

 

0 réponses

Laisser un commentaire

Rejoindre la discussion?
N'hésitez pas à contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *